30/06/2005

**UN APPEL**        

**UN APPEL**             Lu à l'instant chez Duke http://jazzfan.skynetblogs.be/

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir "Puis-je concevoir qu'un blogueur ou une blogueuse,ayant du style et des idées,dépose un post au sujet du caméraman FRED NERAC disparu en IRAK depuis le 22 mars 2003.Une femme et des enfants l'attendent chez lui à Waterloo.De lien en lien, on pourrait faire une chaîne et montrer à nos dirigeants de merde qu'il est grand temps de se bouger le cul. Mille excuses pour ces trivialités qui ne me semblent aucunement déplacées.Duke vous remercie. "

Allez, si on s'y met tous, peut-être que...

 


16:15 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Murielle était mariée à Didier, un macho vrai de vrai. El

Murielle était mariée à Didier, un macho vrai de vrai.

Elle et son mari avaient un emploi à plein temps qui leur demandait autant de temps de travail à l'un comme à l'autre, et cependant Didier estimait que toutes les tâches ménagères incombaient à sa femme. Il n'était pas question qu'il s'occupe des enfants, et encore moins qu'il s'occupe du ménage. 'C'est un travail de femme' disait-il.

Pourtant un certain soir, lorsque Murielle rentra de son travail un peu plus tard que d'habitude, elle put constater que les enfants avaient pris leur bain, que le lave-linge était en train de tourner et que le panier de linge sale était vide, elle trouva encore le repas du soir qui cuisait dans le four et la table était préparée façon romantique avec chandelles, bouquet de fleurs et tout et tout.

Murielle était plus que surprise. Elle voulut savoir qui était responsable de tout cela.
Une rapide enquête révéla que Didier avait lu dans le ' »Femme Actuelle » que les épouses étaient beaucoup plus enclines à céder aux avances de leur mari lorsqu'elles n'étaient pas fatiguées après avoir cumulé leur travail et les taches ménagères.

Le lendemain de cette soirée mémorable, Murielle raconte son aventure à ses copines du bureau.

Les copines de travail, avec une étincelle lubrique dans les yeux, demandent :

- Alors, comment ça s'est terminé ?

- Eh bien, le repas était excellent, Didier avait aussi passé l'aspirateur, et aidé les enfants à faire leurs devoirs avant de les emmener se coucher. Vraiment c'était une soirée formidable...

- Oui, mais après ? Vous êtes allés vous coucher ?....

- Heu... C'est là où ça a un peu foiré... Didier était trop fatigué pour faire quoi que ce soit et il s'est endormi comme une masse
.


14:14 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/06/2005

La Commission européenne a finalement tranché : après la

La Commission européenne a finalement tranché : après la monnaie unique, l'Union européenne va se doter d'une langue unique, à savoir ...
le français.

Trois langues étaient en compétition : le français (parlé par le plus grand nombre de pays de l'Union), l'allemand (parlé par le plus grand nombre d'habitants de l'Union) et l'anglais (langue internationale par excellence).

L'anglais a vite été éliminé, pour deux raisons : il aurait été le cheval de Troie économique des Etats-unis et les Britanniques ont vu leur influence limitée au profit du couple franco-allemand en raison de leur légendaire réticence à s'impliquer dans la construction européenne.

Le choix a fait l'objet d'un compromis, les Allemands ayant obtenu que l'orthographe du français, particulièrement délicate à maîtriser, soit réformée, dans le cadre d'un plan à cinq ans, afin d'aboutir à l'eurofrançais.

1. La première année, tous les accents seront supprimes et les sons actuellement distribues entre " s ", " z ", " c ", " k " et " q " seront repartis entre " z " et " k ", ze ki permettra de zupprimer beaukoup de la konfuzion aktuelle.

2. La deuzieme annee, on remplazera le " ph " par " f ", ze ki aura pour effet de rakourzir un mot komme " fotograf " de kelke vingt pourzent.

3. La troizieme annee, des modifikations plus draztikes zeront pozibles, notamment ne plus redoubler les lettres ki l'etaient : touz ont auzi admis le prinzip de la zuprezion des " e " muets, zourz eternel de konfuzion, tou kom d'autr letr muet.

4. La katriem ane, les gens zeront devenus rezeptifs a des changements majeurs, tel ke remplazer " g " zoi par " ch ", zoi par " j ", zoi par " k ", zelon les ka, ze ki zimplifira davantach l'ekritur de touz.

5. Duran la zinkiem ane, le " b " zera remplaze par le " p " et le " v " zera lui auzi apandone, au profi du " f ". Efidamen, on kagnera ainzi puzieur touch zu le klafie. Un foi ze plan de zink an achefe, l'ortokraf zera defenu lochik, et le chen pouron ze komprendr et komunike. Le ref de l'Unite kulturel de l'Europ zera defenu realite !



On e pa dan la merd !!!






22:07 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Ca manque de femmes   Certes, ce n’est là qu’

Ca manque de femmes

 

 

Certes, ce n’est là qu’une bagatelle mais on est féministe ou on ne l’est pas.

Et moi, je le suis…

 

Cela vous a peut-être échappé mais l’affaire de l’assassinat de la maîtresse du chef de l’Etat français a été élucidée ! Le coupable n’est ni plus ni moins que son fils !

Ah bon ?!

Il a un fils, Chirac ? (à part celui, secret, qui vit au Japon, d’où ses visites répétées, là-bas, vous avez tout compris) !

Qué Chirac ?

Je vous parle d’Agnès Sorel, là  !

1422-1450 : la petite amie du Roi Charles VII, morte dans d’étranges circonstances et dont on vient d’établir qu’elle fut ni plus ni moins qu’empoisonnée par son fiston, le futur Louis XI.

 

S’il y a une chose qu’il faut laisser à nos amis français, c’est que leur police ne renonce jamais.

Comme un « commun » Yves Montand, on a donc exhumé voici quelques mois les restes de la dame de Beauté-sur-Marne, ci-devant comtesse de Penthièvre, et l’analyse d’un unique poil d’une seule de ses aisselles a permis d’établir la terrible vérité : intoxication foudroyante au mercure, le « vif-argent », comme on disait à l’époque.

 

J’en vois qui haussent les épaules avec dédain. Si ce n’est pas un tic nerveux, c’est une grave erreur. Même s’ils n’étaient pas très nombreux à l’époque.

Agnès Sorel n’a cessé de faire la Une de la totalité des journaux à scandales de son temps. Déjà, comme elle fut aussi châtelaine du Logis Royal de Loches, c’est à elle qu’on doit le compliment, aujourd’hui quelque peu tombé en désuétude, « avoir de belles loches » attribué aux dames galamment pourvues par la nature.

 

Et si Mme de Fontenay n’avait pas été trop jeune à l’époque pour l’organiser, Agnès Sorel aurait gagné haut la main le titre de miss France et ce durant dix années de suite !

 

A la place, elle est devenue la première maîtresse officielle de l’histoire de la royauté française, ce qui n’est pas non plus de la crotte !

Par ailleurs, elle n’hésita jamais à payer de sa personne puisque, pour ce faire, elle dut se taper ce grand dadais maigrichon et dépressif de Charles VII, celui-là même qui jouait à cache-cache avec Jeanne-d’Arc et qui la laissa tomber comme une vieille poulaine quand les Anglois l’eurent capturée.

 

Ajoutons qu’Agnès (je peux vous appeler Agnès ?) fut aussi une des premières féministes de son temps, voire la seule (quoique Christine de Pisan…mais ne nous égarons pas), puisque c’est elle qui lança la mode des seins nus. Et pas à la plage, vu que le concept de vacances à la mer n’existait pas encore, mais bel et bien aux dîners officiels de la cour de France.

Avec une habileté qui force l’admiration, elle commença par en dévoiler un seul mais si son assassinat ne l’avait pas fauchée en plein élan, nul doute que les actuels repas de famille seraient moins ennuyeux qu’avec le seul Drucker comme spectacle.

 

Mais voilà, un peu comme dans Blanche-Neige, il y avait ce nain de dauphin, le fils aîné de Charles, le futur Louis XI qui ne supportait pas que la jolie Agnès éclipse sa propre mère, laquelle s’appelait (qui sait pourquoi ?) Marie d’Anjou.

Il l’a même poursuivie un jour, l’épée à la main (Agnès, pas sa mère), son père l’ayant chassé et donc, vicieusement : …une surdose de mercure…

 

Pourquoi je vous parle de tout ça ?

Eh bien, disons que c’est mon côté féministe : si on excepte Anne Primout, vice-doyenne de l’humanité, pieusement décédée à 115 ans, il m’a semblé qu’entre le Pape, Rainier III et Saul Bellow (Prix Nobel de littérature en 1976) , la nécrologie de ces derniers mois manquait un peu de femmes…



08:30 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/06/2005

Un ingénieur, un comptable, un chimiste, un informaticien e

Un ingénieur, un comptable, un chimiste, un informaticien et un fonctionnaire se vantent d'avoir chacun un chien merveilleux.

Pour le démontrer, l'ingénieur appelle son toutou :

»Racine carrée, montre nous tes talents !"

Le chien trotte jusqu'au tableau noir et dessine rapidement un carré, un cercle et un triangle.

Le comptable dit à son chien :

 »Actif-passif, montre nous tes compétences "

Le chien va dans la cuisine, en revient avec une douzaine de biscuits et les range en 3 piles égales de 4 biscuits.

Le chimiste prétend que son chien peut faire mieux :

"Thermomètre, fais ton numéro "

Le chien ouvre le frigo, prend un litre de lait, va se procurer un verre de 10 cl et y verse exactement 8 cl de lait sans en perdre une goutte.

L'informaticien pense bien les supplanter tous :

"Disquedur, impressionne-les !".

Le chien s'installe devant l'ordinateur, le fait démarrer, fait partir le programme anti-virus, envoie un email et installe un nouveau jeu.

Les 4 hommes se tournent vers le fonctionnaire et demandent :

"Et ton chien, qu'est-ce qu'il sait faire ?"

"Pause-café, montre-nous tes talents de fonctionnaire !"

Le chien se lève, mange les biscuits, boit le lait, efface tous les fichiers de l'ordinateur, sodomise le chien de l'ingénieur et prétend s'être blessé au dos en le faisant, remplit un formulaire d'accident de travail et prend un congé de maladie de six mois.


18:09 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

27/06/2005

Je songe à tous ces braves gens qui ont donné avec enthous

Je songe à tous ces braves gens qui ont donné avec enthousiasme des millions qui ne parviendront jamais aux rescapés du tsunami et qui renâclent à allouer à des voisins européens des subventions à la traçabilité plus transparente.


20:26 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Une station de métro, c'est l'endroit où le métro s'arrê

Une station de métro, c'est l'endroit où le métro s'arrête.
Une station d'autobus, c'est l'endroit où l'autobus s'arrête.
Devant moi, j'ai une station de travail ...

07:37 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

26/06/2005

Florence

Qu'attend-on pour confier la présentation d'un journal de 20 heures à Florence Aubenas ?

Elle est crédible, jolie, vive. Quand elle devra évoquer les cruautés du monde, elle saura de quoi elle parle. Mais on ne perdra jamais tout espoir en regardant l'actualité au fond de son oeil qui frise.


18:11 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Paradoxale performance de «La Ferme», l'interminable Salon

Paradoxale performance de «La Ferme», l'interminable Salon de la fausse agriculture : les téléspectateurs qui se la coulent douce sont plus fatigués que les paysans people qui vivent à la dure.


10:54 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Quelques vidéos du 1er vol de l’Air Bus A 380Entrez dans

Quelques vidéos du 1er vol de l’Air Bus A 380

Entrez dans le site et cliquez à gauche sur "vidéos"

http://events.airbus.com/A380/seeing/indexminisite.aspx


10:18 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/06/2005

La petite Nathalie ( 7 ans ) est dans le jardin en train de

La petite Nathalie ( 7 ans ) est dans le jardin en train de remplir un trou lorsque le voisin l'aperçoit par-dessus la clôture.
- « Que fais-tu là Nathalie ? »
- Elle lui répond, sans lever la tête, que son poisson d'aquarium est mort et qu'elle l'enterre.
Le voisin quelque peu curieux lui dit :
- « C'est un très gros trou pour un petit poisson ne crois-tu pas ? »
A ce moment, Nathalie termine la dernière pelletée en la tapant délicatement et lui répond :
- « C'est parce qu'il est à l'intérieur de ton putain de chat."


18:17 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/06/2005

Pirate...corsaire... flibustier...

Blog en vacances et en pause-carrière :
je prends le large et me lance à l'assaut des pirates :
 
Deux pistolets à la ceinture, un sabre en bandoulière, une jambe de bois, un bandeau sur l'œil et un perroquet sur l'épaule ; ainsi se présente le pirate qu'Hollywood nous a rendu familier.
L'image n'est pas totalement inexacte, mais elle est incomplète, car la piraterie n'est évidemment pas exercée uniquement dans la mer des Antilles au XVIIe siècle.
 
En réalité, l'histoire de cette coupable activité remonte aux temps les plus reculés et elle a malheureusement, encore de beaux jours devant elle...


13:37 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (27) |  Facebook |

13/06/2005

Pause...

BLOG EN VACANCES ...



17:45 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

12/06/2005

...

Tanguer
Comme un bateau qui coule sur une mer déchaînée
Chanter
Retrouver le mystère de mes secrets cachés
Je n'y suis pour personne
Quand je suis dans vos bras
Que la musique nous donne
La vie encore une fois

Et j'ai besoin de vous
Quand la vie m'abandonne
Quand les soirs monotones
Me font douter de tout
Et j'ai besoin de vous
C'est à vous que je donne
Seuls les sages et les fous
N'ont besoin de personne
J'ai besoin de vous

Et j'ai besoin de vous
Comme d'une passion cachée
Comme des mots qui nous donnent
Des raisons d'exister
Et j'ai besoin de vous
Comme d'un amour secret
Qui me demande tout
Et qui me reconnaît
Comme j'ai besoin de vous

Et j'ai besoin de vous
Quand mon âme m'abandonne
Quand les tambours résonnent
Et tournent autour de nous
Et j'ai besoin de vous
C'est à vous que je donne
Seuls les sages et les fous
N'ont besoin de personne
Moi j'ai besoin de vous...






20:32 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Enfin...

 

Libres !!!


 
Florence et Hussein ont été libérés après 158 jours de captivité.
Florence est en route pour la France et arrivera en fin de journée à l'aéroport de Villacoublay.
Hussein est resté en Irak et a retrouvé sa famille.
 
Toute l'info en direct, minute par minute, sur le site du Nouvel Obs
Cliquez ici
 








13:00 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

11/06/2005

Pas de secret...

Un enfant demande à son père :
- Dis papa, quel est le secret pour être heureux ?
Alors le père demande à son fils de le suivre ; ils sortent de la maison, le père sur leur vieil âne et le fils suivant à pied.

Et les gens du village de dire
- Mais quel mauvais père qui oblige ainsi son fils d'aller à pied
- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison, dit le père.

Le lendemain ils sortent de nouveau, le père ayant installé son fils sur l'âne et lui marchant à côté.
Les gens du village dirent alors :
- Quel fils indigne, qui ne respecte pas son vieux père et le laisse aller à pied !
- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Le jour suivant ils s'installent tous les deux sur l'âne avant de quitter la maison.
Les villageois commentèrent en disant :
- Ils ne respectent pas leur bête à la surcharger ainsi !
- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Le jour suivant, ils partirent en portant eux-mêmes leurs affaires, l'âne trottinant derrière eux. Cette fois les gens du village y trouvèrent encore à redire :
- Voilà qu'ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant ! C'est le monde à l'envers !
- Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Arrivés à la maison, le père dit à son fils :
- Tu me demandais l'autre jour le secret du bonheur. Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu'un pour y trouver à redire.

Fais ce qui te plaît et tu seras heureux.



16:04 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Composition française...

Sujet :

 

"Abordez, de manière concise, les trois domaines suivants " :

1) Religion

2) Sexualité

3) Mystère"

Une seule copie a reçu 20/20 !

La voici :

" Mon Dieu ! Je suis enceinte ! Mais de qui ? "



13:15 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Houba...

Le nouvel album du Marsupilami

La mythique créature née de la plume de Franquin vit une nouvelle aventure !

Dans l’album « Robinson Academy », le Marsupilami est confronté aux mœurs étranges d’une émission de « télé-réalité » venue squatter son sanctuaire, la jungle palombienne.
Humour, aventure et tendresse sont au rendez-vous.

09:01 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/06/2005

Histoire vraie...

Il s'appelait Fleming, c'était un pauvre fermier écossais.

Un jour, alors qu'il tentait de gagner la vie de sa famille, il entendit un appel au secours provenant d'un marécage proche.

Il laissa tomber ses outils, y courut et y trouva un jeune garçon enfoncé jusqu'à la taille dans le marécage, apeuré, criant et cherchant à se libérer.

Le fermier sauva le jeune homme de ce qui aurait pu être une mort lente et cruelle.

 

Le lendemain, un attelage élégant se présenta à la ferme.

Un noble, élégamment vêtu, en sortit et se présenta comme étant le père du garçon que le fermier avait aidé.

« Je veux vous récompenser », dit le noble.

« Vous avez sauvé la vie de mon fils » !

 

« Je ne peux accepter de paiement pour ce que j'ai fait » ! répondit le fermier écossais.

Au même moment, le fils du fermier vint à la porte de la cabane.

« C'est votre fils ? » demanda le noble.

« Oui », répondit fièrement le fermier.

« Alors, je vous propose un marché ».

« Permettez-moi d'offrir à votre fils la même éducation qu'à mon fils. »

« Si le fils ressemble au père, je suis sûr qu'il sera un homme duquel tous deux seront fiers ».

Et le fermier accepta.

 

Le fils du fermier Fleming suivit les cours des meilleures écoles et à la grande finale, il fut diplômé de l'École de Médecine de l'Hôpital Sainte-Marie de Londres.

Porteur d'une grande aspiration, il continua jusqu'à être connu du monde entier.

Le fameux Dr Alexander Fleming avait en effet découvert la pénicilline.

Des années plus tard, le fils du même noble qui avait été sauvé du marécage était atteint d'une pneumonie.

Qui lui sauva la vie, cette fois ?...La pénicilline.

Comment s'appelait le noble ? Sir Randolph Churchill et son fils, Sir Winston Churchill.

 

Quelqu'un a dit un jour : Tout ce qui s'en va revient...


13:26 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Vous aussi...

Petits veinards qui allez au concert de U2 aujourd'hui !
 
J'ai raté le coche : plus aucune place à trouver !
 
Comme dirait l'autre : ...dommage...

07:35 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

09/06/2005

C'est clair...

Charte du contribuable. Est au citoyen écrasé d'impôts ce que le manuel du secouriste était au guillotiné.

Commerce équitable. S'inscrit difficilement entre la multiculbute tolérée et la vente à perte prohibée.

Développement durable. Les graves difficultés que connaît la photographie argentique infirment la formule.

Dialogue social. Revendications plus ou moins véhémentes accueillies par le silence de décideurs qui se défendent d'agir sous la pression.

Egalité des chances. N'entrera dans les faits que le jour où elle fera l'objet d'un cours magistral dans les universités.

Energies renouvelables. Trouvaille écologique ne concernant aucunement le courage au travail. Le prototype en est l'éolienne, favorite des politiciens habitués à faire du vent ou à tourner selon lui.

Fracture sociale. Diagnostiquée, radiographiée mais toujours pas plâtrée. Fait boiter tous les régimes.

Ministère de la Solidarité. On en reparlera quand le mot figurera aux frontons des monuments publics.

Pensée unique. Cause d'autant plus de ravages qu'il n'y a pas de pensée.

Soutien à la consommation. Crédit usuraire et surendettement populaire sont les deux mamelles de cette incitation à la débauche consumériste inventée par un Etat qui se sentirait moins coupable si les familles ne géraient pas mieux leur budget qu'il n'administre celui de la nation.

Tolérance zéro. Remplacement de la notion d'indulgence par le concept d'insupportabilité.

 



21:55 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/06/2005

Juive, goï, quelle importance...

Moïché est en voiture en plein centre de Jérusalem et cherche désespérément une place pour se garer.

Il fait le tour, il attend, il va chercher un peu plus loin, rien.

Il a un rendez-vous d'affaires très important et il risque de se mettre en retard. Mais rien,. aucune place !

Désespéré, il regarde vers le ciel et dit :.

"Mon D..., si tu me trouves une place de parking dans les 5 minutes, je te promets de ne plus faire d'écart, de manger toujours cachère, d'être « Chomer-Chabat », de respecter Yom-Kippour et toutes les fêtes..."/./ . « Tiens, p'tètre même que je donnerai aux pauvres » .

Et alors - oh miracle ! - une place se libère juste devant lui !!!

Alors Moïché tourne son regard vers le ciel et dit : "Cherche pas, mon D... j'ai trouvé
!!! "



20:32 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/06/2005

Ce 12 juin...

Le journal d'Anne Frank : cliquez sur ce lien puis sur le livre...
 
http://www.grenierdesarah.org/Sommaire_content.html

23:11 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Frustrant...

Je disais donc que ...ma collègue avait préféré prendre la tangente...
et que je me retrouvais bien seule dans ce grand bureau qui me donne le vertige...
 
Elle ne sera pas remplacée, une place provisoirement vacante qui restera définitivement inoccupée...
 
Je me retrouve avec deux téléphones, deux PC, deux boites-mail à gérer, et deux services à assumer...
 
Plus d'échange verbal, plus d'anecdotes à raconter, seule de chez seule...
 
Seul avantage : je suis devenue chef de bureau...
 




13:16 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

06/06/2005

Enigmes...

Faites chauffer vos neurones, voici 5 petites devinettes.

Toutes les réponses sont d'une logique imparable, réfléchissez et vous trouverez la solution.

 

* 1er Problème : L'assassinat en auto.

Vous trouvez une personne morte dans une automobile.

Manifestement, elle a été assassinée, car elle a plusieurs balles de revolver dans le corps.

Le revolver du crime se trouve juste à coté de l'automobile.

Toutes les portes étaient fermées et verrouillées et toutes les vitres levées au moment du crime. L'assassin n'a pu entrer à l'intérieur.

Il n'y a aucun trou dans la tôle, ni dans les vitres.

 

* Comment le meurtrier a-t-il pu commettre son crime ?

  

* 2ème Problème : La voiture.

 

Un automobiliste roule tous phares éteints sur une route déserte.

Les lampadaires le long de la route sont éteints et il n'y a pas de lune.

Tout à coup, une personne habillée tout en noir traverse la route juste devant la voiture qui freine et laisse passer cette personne.

 

* Comment l'automobiliste a-t-il su qu'une personne traversait ?

  

* 3ème Problème : L'ascenseur de l'année

 

Dans un nouvel édifice, les propriétaires ont décidé de nommer les étages  comme suit : Janvier pour le rez-de-chaussée, Février pour le premier, Mars pour le second et ainsi de suite jusqu'à Décembre.

Curieusement l'édifice de 11 étages compte 365 employés, dont 52 directeurs,assistés de 7 chefs de divisions.

 

* Sachant tout cela, comment appellent-ils leur ascenseur ?

  

* 4ème problème : Avant ou Après

 

Mon développement peut vous sembler illogique puisque chez moi :

l'accouchement arrive avant la grossesse ; l'adolescence avant l'enfance; la course avant la marche; l'écriture avant la lecture ; les devoirs avant les leçons; et même la mort avant la vie. Mais ma constitution a une logique et la précède même.

 

* Qui suis-je? 

 

* 5ème Problème: Téléphone.

 

* Dans une ville de 500 habitants, il y a 5 des habitants qui ont un numéro  de téléphone confidentiel. En choisissant 100 noms au hasard dans l'annuaire téléphonique, combien de ces personnes en moyenne aurait un numéro confidentiel?



18:16 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

05/06/2005

Et toc...

Quel est le bois qui travaille le moins ?
 
Le TEC Wallon...

19:59 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

News de Jean-Mi...

Jean-Mi va bien, il s'est levé aujourd'hui !


19:56 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/06/2005

YES !

ON A GAGNE !
 
ON A GAGNE !

 

Bravo à notre Justine !

Et coup de chapeau quand même à Marie Pierce arrivée jusqu'en finale, à 30 ans. Son discours m'a fort émue...

16:19 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Justine...

Justine va-t-elle nous faire un Piercing...?

Ah que j'aimerais être à Roland Garros cet après-midi...

Promis juré, l'année prochaine, je réserve ma place !

 



10:54 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

03/06/2005

Marins d'eau douce...

Tout comme il y a les aoûtiens et les juilletistes, les balzaciens et les stendhaliens, les chapliniens et les keatoniens, la cuisine au beurre et la cuisine à l’huile, il y a les maritimes et les lacustres.

L’usage nous enseigne l’amour de la mer, des lointains horizons, des embruns, des phares du bout du monde, des jetées enivrantes et des profondeurs abyssales. En cela, Homère est fautif.

Son odyssée donne une importance abusive aux mers et océans, laissant lacs et rivières aux couards et aux paresseux.

Mais à la longue, les amis de l’eau douce sont devenus une confrérie secrète, sorte de loge buissonnière, qui se reconnaissent entre eux. Ils sont comme les personnages des Pléiades de Gobineau réunis au lac Majeur : un clan d’aristocrates.

 

Aux révolutions des tempêtes, ils préfèrent la dolce vita de la brise. Traquer le thon leur semblera futile ; alors que taquiner l’ablette, le goujon, la perche…Ils goûtent le privilège d’une terrasse sur les rochers plutôt que la plage populeuse.

Un lac, c’est comme un village : on y vit « entre soi ». Grecs et Romains ont conquis le monde depuis la grande bleue. Ibères, Anglais, Nordiques, Lusitains ont emboîté leur pas.

Mais les Suisses baignent depuis six siècles dans la douce neutralité lémanique.

 

Le lac, c’est une vision immuable, stagnante pour les uns, rassurante pour les autres. Mieux que les marées : les marais. Rien de politique en cela (quoique ! ) mais une manière de conservatisme par survie, comme un album de photos figées par le temps qui reprend vie dès qu’on en tourne les pages.

 

En un mot : la mer, c’est un fantasme, l’idéalisme, le changement à tout va. Le lac, c’est la douceur, un élitisme serein mais implacable, les tiroirs du souvenir.

Ici, le mystère ; là, le secret.

 

Dans le film de Mark Rydell « On Golden Pond » (La maison du lac, 1981), Jane Fonda retrouve sa maison d’enfance, au bord d’un lac de Nouvelle-Angleterre. Rien n’a changé, si ce ne sont les rides de ses parents : Henry fonda et Katharine Hepburn. Chacun tente d’y vivre dans le souvenir de l’autre.

De même, les plus belles « Années de pèlerinage » de Franz Liszt sont des pièces pour piano où le musicien se rappelle ses séjours à la Villa d’Este, au bord du Lac de Côme. La mémoire, le paradis perdu.

 

L’esprit de clocher peut également se montrer aveuglant : Clochemerle se radicalise et devient Oradour. Est-ce un hasard si les derniers feux du fascisme italien ont eu lieu à Salo, au bord du lac de Garde ?

 

Mais le lac sera notre survie ; un lieu sacré, comme le Titicaca des précolombiens ou les grands lacs africains. A l’épuisement des sources et autres nappes phréatiques, lorsque l’océan ne sera plus qu’une désespérante étendue d’eau salée, le lac retrouvera son empire.

On se rappellera alors que le réseau des Great Lakes d’Amérique du Nord est la deuxième réserve d’eau douce au monde, après les glaciers de l’Antarctique. Nourris au sein de la mer, nous dégusterons le nectar des lacs et gagnerons un nouvel âge.






08:32 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |