31/07/2005

Suite et fin épisodes vacances

Samedi 23 juillet après une bonne nuit et un petit déjeuner copieux, direction La Rochelle, et plus précisément l’île de Ré.

Arrivée à l’île, on emprunte le pont après s’être acquitté d’un péage de 16,5 €.

Superbes paysages vu de là-haut. A la radio, Michel Jonaz chante : « Les vacances au bord de la mer. » Je n’ai pas l’impression qu’il soit venu petit passer ses vacances ici.

Les Rétais sont sympathiques mais il faut se rendre à l’évidence, ici tout est payant, la police veille et nous désigne gentiment l’horodateur que je n’avais pas remarqué. Sourires entendus. Bienvenue à l’île de Ré. Tu parles, pour faire fuir les touristes, on n’a rien inventé de mieux.

 

Nous visitons le phare des Baleines et rejoignons ensuite la plage de Rivedoux où nous dénichons un sympathique petit resto. Menu sympa, entrée, plat et dessert dans ce petit hôtel où nous reviendrons en hiver, c’est promis !

Nous devons faire l’impasse sur Oléron car Royan est à +/- 100 km et le bac nous attend pour la traversée de la Gironde afin de rejoindre la pointe du Verdon.

 

A Royan, dans la file de sortie du bac, je relève les plaques de voiture (sale manie).Je n’ai jamais vu autant d’étrangers rassemblés sur une aussi petite surface, hormis les Français, des Suisses, des Allemands, des Danois, des Anglais, des Italiens, des Autrichiens et j’en passe, je ne peux lire toutes les plaques tellement ça défile. Enfin, nous embarquons et nous installons dans le salon du bateau car le vent souffle trop sur le pont.

Une demi-heure de traversée et nous voilà au Verdon, direction Pauillac.

 

La suite vous la connaissez et cette semaine je vous posterai quelques photos, afin de clôturer le chapitre « vacances ».

 

Allez, je vous laisse, on va se prendre un ch’ti apéro, histoire de se gâter encore un peu avant la reprise du boulot demain. Beurk ! Beurk ! Beurk !


18:41 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Suite épisodes vacances...

Le 22 juillet, nous plions bagage, faisons des adieux déchirants à nos nouveaux amis Brestois, on se serre très fort dans les bras, ça pleure, ça rit, ça sent l’attachement quelque part, quelque chose est passé, c’est sûr, on se promet de se revoir et on se fixe une date pour les retrouvailles : à la Toussaint.

Oui on viendra vous chercher à la gare de Lille-Europe et on vous fera découvrir un peu de la Belgique : Bruges, la côte et Bruxelles.

Le cœur lourd, les yeux embués, je monte dans la voiture, je m’essuie les joues du revers de la main mais ne me retourne plus.

Direction le Médoc où nous passerons une semaine auprès de notre fille et de sa petite-famille : nos petits-enfants.

Mais petite escapade en route : j’ai toujours rêvé de voir Noirmoutier, l’île de Ré, Oléron…

Passé St Nazaire, on suit les panneaux Noirmoutier- l’île. Les marais bretons vendéens s’offrent à nous, on s’arrête, le temps de faire quelques clichés et filmer ces marais salants.

Puis on s’engage sur le pont de 600 mètres qui relie l’île au continent. Impressionnant.

 

L’île de Noirmoutier

L’Ile de Noirmoutier est connue pour ses petites maisons traditionnelles, blanches et fleuries, pour le charme de ses paysages, ainsi que pour son Bois de la Chaise, site le plus réputé de l’île. Composé de chênes verts, d’arbousiers et de pins maritimes, il est parsemé d’élégantes villas construites par les Noirmoutrins à la fin du XIXème siècle.

Noirmoutier, c’est aussi le Gois (chaussée submergée au gré des marées, qui relie les habitants au continent à chaque basse mer), lieu très prisé par les pêcheurs à pied.

Le Gois était à l'origine le seul chemin d'accès à l'Ile de Noirmoutier.

Cette route se découvre deux fois par jour toutes les douze heures quinze minutes, pendant une durée moyenne de 1h 30 à 3h00 suivant le coefficient d'amplitude de la marée et du temps. Le Gois fait environ 4,5 km et est jalonné de balises permettant aux imprudents de se réfugier s'ils venaient à se faire prendre par la montée de l'eau.

  

Quelques conseils de prudence :

 

Compte tenu de l'effet des marées, ce magnifique passage submersible peut se transformer en un lieu tragique :

Ne traverser le GOIS qu'à marée basse.

Respecter scrupuleusement la signalisation et les consignes de sécurité affichés aux abords de ce site.

C'est une chaussée submersible que l'on ne peut emprunter qu'à marée basse une heure et demie avant et une heure après la marée basse.

 

La marée monte, allez, on se taille…

 

Pris par le temps, nous parcourons l’île en voiture et nous arrêtons à une terrasse de café où nous jouons aux parfaits touristes. Je crois apercevoir France Gall, blonde, petite, bronzée, lunettes de soleil. Je sors délicatement la caméra, la met en veilleuse, patiente, pour me rendre compte de mon erreur. Tant pis !

On se regarde. On y va ? On y va !

Re-enjambée de pont pour rejoindre le continent et loger à Beauvoir sur mer dans un Logis de France où nous attendent piscine, salle de muscu.

Repas prévu à 19h30, le temps de piquer une tête dans la dite piscine et de se prendre un ch’tit apéro…

Que demande le peuple ?



11:07 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

30/07/2005

Et nous revoilou...

3 semaines de vacances reposantes à Primelin, petit bourg où vivent quelques centaines d'âmes et où je me sens bien...Plus aucune contrainte d’horaire à respecter…Plus de chef, plus de sous-chef, …la paix…

 

Canicule imperceptible grâce au petit vent qui souffle en boucle dans cette Bretagne que j’apprécie et dont je découvre chaque année de nouveaux petits coins...

Pont-Croix, petite cité de caractère dont les rues étroites pavées en escalier, vous amènent sur une petite place sympathique où ne manquent que quelques joueurs de boules...

Douarnenez, station portuaire où subsistent une ou deux sardineries, toutes les autres ayant été délocalisées.

Locronan, minuscule cité médiévale : à voir à tout prix mais dont le gâteau breton fait 2 € la part dont on ne fait qu’une bouchée.

Esquibien, Ste Evette, Audierne et le terminus du Finistère (là où finit la terre) : la Pointe du Raz que nous avons attaqué par les sentiers côtiers, anciens sentiers douaniers. La lilliputienne île de Sein qui dépasse, de quelques mètres, le niveau de la mer mais dont je réserve la visite à 2006 si...

 

Chaque village y va de son fest-noz. C’est un peu la bataille des clochers, certains fest-noz ayant lieu le même soir : soupes de poisson, thon et sardines grillées, calamars et moules sont proposés à des prix démocratiques, sans oublier les traditionnelles crêpes bretonnes tellement fines que les pourtours se craquèlent à la cuisson, j’ai cédé devant le kouign amann bien beurré et sucré à souhait, et n’ai pu résister à la tentation du far breton qui me faisait de l’œil. Tout ce petit monde arrosé de cidre bouché. Hé, hé, bonjour les calories…

Sur un podium de fortune, des gars du coin entonnent des chants marins et quelques bretonnants purs et durs entament un petit pas de danse.

Je les observe un moment et me lance, je sépare deux mains d’hommes et me glisse dans le groupe qui m’accepte de suite et c’est parti : deux pas à gauche, un pas à droite…sur l’air de :  »J’entends le loup, le renard et la belette » en balançant les bras d’avant en arrière…les petits doigts en l’air, …je dois avoir du sang breton dans les veines…moa !

Deux heures plus tard, ça râme toujours ! Allez y’a bon, suis fatiguée, m’en vais faire dodo ! Kenavo !


19:05 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

28/07/2005

Fin de vacances...

Bonjour à tous,
 
D'abord et avant tout, un grand merci à Claudio, 27 ans, de Buenos-Aires, qui a assuré la relève comme un chef !
 
Après 3 semaines passées dans le Finistère sud, dernière semaine et fin de vacances ici à Pauillac où nous profitons des petits-enfants !
Reprise normale des activités le 1er août ...snif...!
 
J'en profite pour vous envoyer cette magnifique photo prise sur la Gironde hier soir par Jean-Yves, un sympathique gars du Médoc...
 
A tout bientôt,
Annie.

14:20 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

27/07/2005

Barbecue

Humour barbecuetesque (jamais contente les femmes) :


Le barbecue :

C'est dans cette activité qu'on reconnaît les talents de cuisine d'un homme, un vrai. Dès qu'un homme se porte volontaire pour faire ce type de cuisine, la chaîne d'évènements suivante est actionnée :

1. L'homme sort le barbecue et le charbon de bois.

2. La femme nettoie la grille.
3. La femme va à l'épicerie.
4. La femme va chez le boucher.
5. La femme va chez le pâtissier.
6. La femme prépare la salade et les légumes.
7. La femme prépare la viande pour la cuisson
8. La femme la place sur un plateau avec les ustensiles nécessaires, les épices et les herbes.
9. La femme apporte la grille propre et le plateau à l'homme qui est étendu à côté du barbecue en train de prendre une bière.

10. L'homme place la viande sur la grille.

11. La femme va à l'intérieur mettre la table.
12. La femme vérifie la cuisson des légumes.
13. La femme prépare le dessert.
14. La femme revient à l'extérieur pour dire à son mari que la viande est en train de brûler.

15. L'homme enlève la viande trop cuite de sur la grille et l'apporte à la femme.

16. La femme prépare les assiettes et les apporte sur la table.

17. L'homme sert à boire.

18. La femme dessert la table et prépare le café.
19. La femme sert le café et le dessert
20. Après le repas, la femme range la table et la nappe.
21. La femme fait la vaisselle et range la cuisine.

22. L'homme laisse le barbecue en place car il y a encore des braises.
23. L'homme demande à la femme si elle a apprécié de ne pas faire la cuisine aujourd'hui.
24. Et devant son air dubitatif, l'homme conclut que les femmes ne sont jamais satisfaites.

 

 


16:19 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

21/07/2005

 Cours de conduite

Aujourd’hui, petit cours de conduite en moto :

http://www.neodelight.com/turbospirit


16:58 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

 

Envoyez une carte virtuelle originale :

Choisissez votre décor, les personnages, la musique, etc, regardez et écoutez, c’est très spécial !

http://www.tv5.org/TV5Site/carte/


16:57 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Surprise :

http://orangegray.webandmore.de/butch01.html


16:55 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Aujourd’hui l’abécédaire des poètes :

http://tapin.free.fr/collec.htm#o


16:53 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Petit jeu :

http://wwws.warnerbros.fr/movies/polarexpress/games_game.html?dl=04c


16:53 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Petite démonstration de Break dance :

http://www.exbyte.net/media/videos/966/Breakdance_Off.html


16:52 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2005

Tout savoir sur les homo-sapiens en s’amusant !  

Tout savoir sur les homo-sapiens en s’amusant !

 

http://www.homo-sapiens.france3.fr/index2.php?menu=jeu2


04:15 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Un mendiant fait la manche a la hauteur d'un feu rouge, une

Un mendiant fait la manche a la hauteur d'un feu rouge, une Mercedes s'y arrête.

 

Le mendiant frappe a la vitre et crie au chauffeur :

 

« J'ai faim ! «

 

Le conducteur regarde sa montre, et lui répond :

 

« C'est normal, il est midi, moi aussi, j’ai faim ! »


04:15 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Repeat after me : http://files.maunier.org/smart-bird.s

Repeat after me :

http://files.maunier.org/smart-bird.swf


04:14 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/07/2005

Etes-vous accro à Internet ?(Cette liste de critères, bien

Etes-vous accro à Internet ?


(Cette liste de critères, bien sûr anonyme et américaine à l'origine, date des débuts du Net, donc semble parfois un peu périmée...)

 

Il y a un site gravé sur vos lunettes.

Vous vous présentez : "Je suis Dupont at Club-Wanamoo point fr."

Vous mettez des smileys :-) dans des lettres au percepteur.

Vous refusez de partir en vacances à un endroit sans électricité ni ligne de téléphone.

Ou alors avec un GSM avec modem et portable.

Vous prenez l'avion avec le portable (relié au GSM) sur vos genoux, et votre gamin dans le compartiment à bagages.

Vous rêvez en HTML.

Vous tapez automatiquement com après chaque point.com

Vous sortez de votre chambre et découvrez que votre famille a déménagé.

La caméra qui surplombe votre moniteur est connectée à votre homepage et permet à n'importe qui de voir ce qui se passe chez vous.

Vous allumez l'interphone en quittant la pièce de l'ordinateur pour savoir si des mails sont arrivés.

Le volume du son de l'ordi est à fond pour pouvoir entendre du jardin le signal d'arrivée des mails.

Vous n'avez d'ailleurs jamais pu aller jusqu'au fond dudit jardin, il y avait toujours un message avant.

Vous mettez fin abruptement à un rendez-vous galant (réel) pour aller papoter avec la cyber-poupée que vous avez rencontrée sur un newsgroup.

Tous vos amis ont un @ dans leur nom.

Vous vous êtes aperçu au bout de six mois que le bouton Off de votre modem ne fonctionnait pas.

Il y a des toiles d'araignées sur votre téléphone.

Impossible d'appeler votre mère, elle n'a pas de modem.

Vous faites exprès de redoubler un an ou deux d'université juste pour l'accès rapide gratuit.

Vous regardez votre boite-mail : "Pas de message." Et vous vérifiez à nouveau.

Déconnecter votre modem vous fait un grand vide, comme un décès.

Vous faites vos devoirs à la maison en HTML et donnez l'URL à votre prof.

Vos enfants s'appellent Eu-dora, Moz-zilla et Pasnetscape.

Vous avez au moins dix sites sur « Géo-cities », cinq chez « Multi-mania », douze chez « Chez  » et vous ne comptez plus vos adresses sur mailhot

 

Votre mari vous apprend qu'il a une barbe de 2 mois.

A trois heures du matin, vous vous levez pour un besoin pressant et regardez en revenant si vous avez reçu des mails.

Quand sonne la sonnette de la porte d'entrée, vous croyez que c'est encore un nouveau mail qui vient d'arriver.

Vous dites au taxi que vous habitez au http://321.Rue.Cétéairelle.

Votre femme proclame que l'ordinateur ne peut plus venir au lit.

Vous connaissez si bien la Toile que vous ne voyez pas l'intérêt de Gougueule et Vista-alta.

Vous n'avez aucun problème à vous connecter à votre fournisseur d'accès : vous ne vous déloguez jamais.

La dernière femme que vous avez rencontré était en Jpeg.

Vous inclinez la tête à gauche quand vous souriez :-)

Vous allumez votre ordinateur et éteignez votre femme.

Vous avez tenté de télécharger une pizza de http://www.piza-heut.com.

Votre femme dit que la communication est importante dans un mariage. Alors vous achetez un deuxième ordinateur que vous connectez au premier pour que vous puissiez parler tous les deux.

Vous écoutez les informations en Real Audio. Votre musique de fond est directement téléchargée du Net.

Vous consultez six fois par jour le compteur de votre site Web.

Vous avez oublié où vous avez planqué votre télé.

Votre coeur s'accélère quand vous rencontrez une nouvelle URL que vous ne connaissiez pas.

Yahou a doublé son staff depuis que vous leur envoyez des adresses sur tout ce que vous trouvez.

Pour savoir quels sont vos consignes et ordres, vos subordonnés se connectent à votre page Web.

L'alarme "nouveau mail" de votre ultra-portable dérange tout le monde toutes les trois minutes au restaurant, ou chez vos amis.

Vous attaquez votre fournisseur d'accès à accès illimité qui vous a surfacturé après 400 heures par mois. Le fait que vous étiez responsable d'un tiers de son trafic est accessoire.

Votre femme/votre époux se lève à 4h du matin pour avoir une chance de lire ses propres messages avant que vous ne monopolisiez l'ordinateur.

Lors d'un mariage auquel vous étiez invité, le curé a refusé que vous entriez dans l'église avec votre ordinateur portable.

Vous avez testé tous les fournisseurs d'accès.


17:36 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Cliquez sur le lien, attendez le chargement, puis cliquez su

Cliquez sur le lien, attendez le chargement, puis cliquez sur les pierres et composez votre propre musique…

http://www.onesoul-games.com/medieval/


17:35 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/07/2005

Une maman vient d'avoir un deuxième bébé.La nuit il se me

Une maman vient d'avoir un deuxième bébé.
La nuit il se met à pleurer.
La maman se lève alors et dit :

- Il va falloir que j'aille le changer.
Le petit frère, entendant cela, s'adresse alors à la maman:
- Ho oui, change-le et prends-en un autre qui pleure moins.


18:43 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Une carte anniversaire originale avec ce petit outil permett

Une carte anniversaire originale avec ce petit outil permettant de dire combien de jours se sont écoulés depuis le jour de votre naissance.

http://phortail.org/blagues/test-0770.html#ici


18:42 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/07/2005

 

Horrible mais excellente !!!

Guy et Denis sont des malades mentaux qui résident dans un hôpital psychiatrique.

Un jour Guy longe la piscine. Il tombe à l'eau et coule à pic.

Ni une ni deux, Denis saute à l'eau et va chercher Guy au fond. Il le ramène à la surface.

Quand le Directeur apprend l'acte héroïque de Denis, il décide de le laisser sortir immédiatement car il pense que si Denis est capable d'un tel acte il doit être mentalement stable.
Le Directeur va lui-même annoncer cette bonne nouvelle à Denis.

Il lui dit :
"J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à t'apprendre !

La bonne c'est que nous te laissons sortir de l'hôpital parce que tu as été capable d'accomplir un acte de bravoure en sauvant la vie d'une autre personne.
Je crois que tu as retrouvé ton équilibre mental.

La mauvaise, c'est que Guy s'est pendu dans la buanderie avec la ceinture de sa robe de chambre."

Et Denis de répondre au Directeur :

"Il ne s'est pas pendu, c'est moi qui l'ai accroché pour qu'il sèche."


02:47 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

04/07/2005

Mariage

LE MARIAGE

 

Définition religieuse

Acte religieux qui consiste à créer un crucifié de plus et une vierge de moins.

 

Définition juridique

Sentence dont le « condamné à perpétuité » est libéré uniquement pour mauvaise conduite.

 

Définition de la vie courante

Aucune femme n’a ce qu’elle espérait en amour et aucun homme n’espérait ce qu’il a.

 

Définition mathématiques

Somme d’emmerdes.

Soustraction de libertés.

Multiplication de responsabilités.

Division des biens.

 

Définition pondérale

Méthode la plus rapide pour grossir.

 

Définition militaire

C’est la seule guerre où l’on dort avec l’ennemi.

 

Définition philosophique

Sert à résoudre à deux des problèmes que l’on n’aurait jamais eu en restant célibataire.

 

 

Puis vient l’heure des bilans du mariage : Avant - Après

 

 

Avant : Saturday night fever

Après : Wednesday night football

 

Avant : être à tes côtés

Après : reste de ton côté

 

Avant : je me demande ce que je faisais sans elle

Après : je me demande ce que je fais avec elle

 

Avant : je l’aimais tellement fort que je l’aurais mangée

Après : maintenant, je regrette de ne pas l’avoir fait

 

Avant : on croirait qu’on est ensemble depuis toujours

Après : on est toujours ensemble



03:59 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

02/07/2005

Petits conseils

Petits conseils donnés aux chefs de la part de leurs subalternes…

1. Ne me donnez jamais de travail le matin, attendez 16 heures et apportez-le-moi seulement à ce moment-là. La pression d'une échéance serrée est rafraîchissante pour moi.

2. Si le travail à faire est urgent, courez dans mon bureau toutes les dix minutes pour m'interrompre et me demander comment ça avance. Ceci m'aide beaucoup. Ou mieux encore, restez debout derrière moi à regarder ce que je fais et n'hésitez pas à me donner des conseils sur la façon de procéder.

3. Lorsque vous partez, n'avisez personne et ne me dites jamais où vous allez, ceci me donne la chance d'être créatif lorsqu'on me demande où vous êtes.

4. Si j'ai les mains pleines de papiers, de boîtes ou de fournitures, ne m'ouvrez pas la porte. Je dois apprendre à fonctionner sans les mains au cas où je deviendrais paraplégique.

5. Si vous me donnez plusieurs choses à faire, vous n'avez pas besoin de me dire laquelle est prioritaire. Je fais de la télépathie !

6. Faites de votre mieux pour que je sois obligée de travailler tard le soir. J'adore mon bureau et je n'ai vraiment rien d'autre à faire et nulle part ailleurs où aller. Je n'ai rien ni personne dans ma vie en dehors de mon travail.

7. Si je fais du bon travail et que vous êtes satisfait, surtout gardez ça secret. Si ça se savait, je pourrais avoir une promotion... je ne pourrais pas supporter de travailler pour quelqu'un d'autre que vous.

8. Si je fais une erreur ou quelque chose que vous n'aimez pas, dites-le à tout le monde. J'aime être le sujet de conversation. Le fait de me faire parler de mon erreur à tout le monde m'aide à m'améliorer.

9. Si un travail nécessite des instructions particulières, ne me les écrivez pas. En fait, attendez jusqu'à la toute dernière minute pour me les donner. Il ne faudrait surtout pas m'emmêler ou me retarder avec des informations utiles.

10. Ne me présentez pas aux gens qui sont avec vous. Je n'ai aucun droit de savoir quoi que ce soit. Plus tard, lorsque vous me parlerez d'eux, je saurai immédiatement de qui vous parlerez grâce à mon incroyable capacité de déduction.

11. Dans la hiérarchie de l'entreprise, considérez-moi comme le planton de base.

12. Ne soyez gentil avec moi que lorsque le travail que je fais pourrait vraiment changer votre vie professionnelle et vous envoyer en enfer en cas de pépins.

13. Racontez-moi tous vos petits problèmes. Personne d'autre n'en a, c'est agréable de voir quelqu'un qui a moins de chance que moi. J'aime particulièrement lorsque vous vous plaignez de payez trop d'impôts à cause de votre salaire élevé, lorsque vous me parlez de vos dilemmes de placements pour votre dernier bonus, ou quand vous vous plaignez d'avoir eu trois jours de pluie lors de votre dernier mois de vacances dans le Sud.

14. Attendez mon évaluation annuelle pour me dire ce que mes objectifs auraient dû être. Mieux peut-être, attendez d'avoir quelque chose à me reprocher pour le faire. Donnez-moi une note médiocre pour ma performance et augmentez mon salaire légèrement, à peine pour couvrir l'augmentation du coût de la vie. Je ne suis pas ici pour l'argent, de toute façon…




22:10 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

01/07/2005

C’est sans doute parce qu’on prend moins de renseignemen

C’est sans doute parce qu’on prend moins de renseignements pour nommer un ministre que pour engager une femme de ménage que les déconvenues gouvernementales dépassent la moyenne nationale des erreurs de casting. Ainsi s’explique que les postes les plus en vue ne soient pas toujours les mieux pourvus, qu’on n’accède à certains palais nationaux qu’en franchissant le seuil d’incompétence et que les plus enthousiasmants programmes se trouvent plombés par ceux qui ont trop d’idées, par ceux qui n’en ont aucune, par ceux qui n’ont que de mauvaises idées et par ceux qui ont la bonne idée au mauvais moment. Moyennant quoi, on peut répertorier quatorze catégories de grands commis de l’Etat :

L’ambitieux. Il a commencé sa carrière ministérielle aux anciens combattants. Son objectif est le 16, rue de la Loi. En attendant mieux.

Le spécialisé. Profondément attaché aux conditions de travail des rouleurs de fûts dont il a fait son cheval de bataille, il connaît tellement bien le dossier qu’on continue à le consulter durant les périodes où l’alternance le chasse de son poste.

Le polyvalent. On peut lui confier la santé publique ou les affaires étrangères, les collectivités locales ou les communes à facilité. Il est toujours partant, jamais parti.

L’alibi. Choisi par des cénacles élitistes en raison de ses origines modestes. A condition de les rappeler constamment.

Le crispé. Il a les mâchoires tellement serrées qu’on s’étonne qu’il puisse discourir autant. L’artère temporale, qu’il doit souligner chaque matin au fusain, révèle des trépidations internes qui se prolongent jusqu’aux pieds sur lesquels il ne tolère pas qu’on marche.

Le médiatique. Les micros l’attirent. Les caméras le mettent en transe. Il ne sait plus s’il est ministre en exercice ou ancien ministre. Il a un avis sur tout, des complets Mao et une générosité strictement verbale.

Le rapide. Il arrive sur le lieu d’une catastrophe avant les pompiers et aux réceptions du Palais Royal en même temps que les maîtres d’hôtel. Ses déclarations devancent celles des autres, ses démentis aussi.

Le chef de meute. Il a son clan, ses fans, ses mercenaires. Comme les champions cyclistes, il doit pouvoir compter sur une équipe pour faire la course en tête.

Le mondain. Il est de toutes les premières, de tous les galas, apparemment plus passionné par la tradition du bel canto que par le relèvement du salaire minimum garanti.

Le somnolent. En classe, il était près du radiateur. Au gouvernement, il est au bout de la table. Comme il demeure obstinément muet, on ne parle jamais de lui. Quand il ferme les yeux, personne ne sait s’il réfléchit ou s’il dort.

Le rigolo. Davantage porté sur le calembour et la contrepèterie que sur l’aménagement du territoire. Il ne dîne en ville que quand il a ciselé un nouveau bon mot.

Le gadget. On le renvoie vers la société civile pour la raison qui l’en avait arraché : il ne connaît rien au jeu politique.

Le protégé. Homme lige d’un ministrable récurrent, il prend ses positions, son avancement et ses vacances en même temps que lui.

Le réformiste. Il n’ambitionne que de tout changer. Si on lui laissait la bride sur la loi, ses successeurs n’auraient plus rien à faire.


09:34 Écrit par Entre nous... | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |